2017 l’année du Rap ?

Une rétrospective de l’année ? Rien de très original pourtant 2017 a été l’année du rap français.

N’en déplaise à ceux qui affirment haut et fort que le rap est mort, le rap est bien vivant et il est présent partout.

Le nombre incalculable de projets sortis a bien évidemment inondé les ondes et les plateformes de streaming. Cependant il y a d’autres raisons qui ont fait que 2017 fut l’année où le rap français s’est imposé sur la scène musicale française.

Dans cet article, je vais revenir avec vous sur ce qui a permis l’exportation extraordinaire de cette culture. Cette année si vous êtes un amateur de rap, rien n’a pu vous choquer, à part le fait que des gens que vous n’auriez jamais soupçonnés d’écouter du rap s’y mettent et adorent ça !  En revanche de l’autre côté ça a pu vous étonner si pour la première fois de votre vie vous vous êtes mis à écouter du rap, télécharger certains morceaux, vous ambiancer sur des sons de Niska ou Sofiane. Oui oui c’est bien arrivé, pour la première fois votre playlist a été alimenté par des sons que vous auriez zappé sans même écouter les trente premières secondes. C’est ce pourquoi cette année est remarquable pour le rap et le Hip Hop français.

En effet elle à connu une des plus grandes avancées de son histoire depuis de très nombreuses années. Aujourd’hui tout le monde écoute du rap et le fait que ce soit une fille de seize ans, une mère de famille, un jeune de cité ou n’importe qui et bien ça ne choque plus et ça, ça c’est très fort. Le rap s’est totalement démocratisé. Sortie de ses clichés habituels la musique urbaine est arrivée tout doucement au premier plan, fortement aidé certes mais la manière de faire du rap a évolué. Pour certains elle est devenue plus « commerciale », une musique dans le but de plaire au plus nombreux est tout de suite vu comme commerciale et je comprends tout à fait ce point de vue mais je me ferai un malin plaisir à le démonter.

Selon moi le rap avait besoin d’une évolution, je ne dirais pas qu’il stagnait mais il ne proposait plus grand-chose. Cette année nous a permis de voir certains rappeurs déjà connus faire évoluer leur rap, le bouleverser pour certains comme Sadek par exemple qui s’est mis à « chanter », faire des musiques qui plaisent à plus de monde et qui ambianceront nos soirées. Sadek est le premier qui me vient à l’esprit mais ils ont été des dizaines à se détacher d’un rap typique pour aller vers d’autre alternatives. Les alternatives se traduisent par le fait de chanter, notamment dans les refrains (et oui fini les chanteuses de R’N’B qui faisaient les refrains autrefois. Une pensée pour ces chanteuses svp), par l’utilisation de l’auto-tune et par l’originalité et la diversité des prods. Ce n’est bien entendu pas un généralité tous les rappeurs français ne font pas ça mais ils sont de plus en plus nombreux. Le rap parle à tous et aux plus grands nombres.

( je vous glisse ici une chanson de Sadek : https://www.youtube.com/watch?v=WWNwlRXvfGM )

Alors oui, c’est évident on s’éloigne du rap que les plus anciens fans adorent et j’en suis le premier déçu mais il fallait une évolution pour démocratiser cet art si souvent critiqué.

Donc voilà le premier point, un très gros point qui réside dans le fait que certains rappeurs n’hésitent pas à évoluer et faire de véritables chansons parfois même en s’éloignant de leur zone de confort.

Certes le rap à changé cette année, certains parlent de nouveau rap depuis le début des années 2010 mais le rap a connu un immense succès cette année grâce aux très nombreux album, Ep, mixtape sortis de janvier à décembre.

En témoignent d’ailleurs Agharta de Vald sortie au début d’année, Ipséité de Damso sortie au milieu de l’année qui continuent de cartonner aujourd’hui mais également Tröne de Booba qui a fortement rythmé notre fin d’année, en passant par l’album de JUL ou bien d’Orelsan. Ces cinq-là sont certainement les plus gros noms de 2017 à avoir sorti un projet mais il y’en à des dizaines, des rappeurs qui osent, à qui ont fait confiance et qui cartonnent comme Ninho ou bien Georgio en passant par Sofiane. Le rap comporte des multitudes de catégories, le rap est vu comme un immense classeur avec des styles tous différents les uns des autres, c’est ce qui fait que tout le monde s’y retrouve, il y a du rap pour tout le monde au final.

(ici un son de Ninho et Orelsan : https://www.youtube.com/watch?v=QiPt20O95o0 / https://www.youtube.com/watch?v=2bjk26RwjyU )

Ce succès est-il immense ou à minorer ? En effet de très nombreux rappeurs ont été certifiés d’un disque d’or, de platine voire même de diamant, mais tout cela ne se résumerait pas qu’a la libération des streaming et des plateformes d’écoutes en ligne ? La question a le mérite d’être posée puisque la plupart des certifications vont très vite, une semaine après certains artistes étaient déjà à 50 000 ventes, chose très rare dans le monde de la musique.

C’est pour moi le deuxième point fort qui explique pourquoi 2017 fut l’année du rap et des rappeurs, vingt-cinq disque d’or ont été obtenus, dix-sept ont été certifiés platine, et dix ont été soit double platine soit triple platine (chiffres qui comptent également pour les projets sortis avant 2017). Le nombre d’album est tout à fait remarquable, la certification et leur succès d’autant plus, les plateformes de streaming ont rendu la musique accessible à tous et c’est tant mieux ! (bon par contre rien ne vous empêche , si vous soutenez un artiste d’acheter son album en physique, faut bien qu’il mange).

Ce phénomène d’explosion des ventes est fortement lié au premier point, en effet les chansons qui font plus bouger, qui vous ambiancent et qui rentrent facilement dans la tête seront les plus écoutées et téléchargées, c’est d’ailleurs pourquoi la chanson Réseaux de Niska dépassera bientôt les deux cents millions de vues sur Youtube, au même titre que Sapé comme Jamais dépasse les trois-cent millions de vues sur YouTube.

Ensuite le rap s’est mis à l’innovation, écouter du rap ne gêne plus, tout le monde en écoute donc on profite des différents supports pour faire connaitre des nouveaux talents, des producteurs, des personnes plus ou moins proches de ce milieu qui reste très fermé. Je parle bien évidemment de l’idée géniale qu’a eu le rappeur Sofiane en créant une chaine YouTube dédiée à la rencontre de nouveaux talents, appellée Le Cercle en référence à sa chanson Rentre dans le cercle de son album Bandit Saleté. C’est une véritable émission qu’a créé Sofiane et son équipe, des rappeurs plus ou moins connus vont poser un freestyle afin de faire connaitre leur rap. Je trouve cette émission vraiment innovante et j’espère qu’elle va évoluer en 2018.

( ici un épisode du Cercle : https://www.youtube.com/watch?v=D5SoKKWFVK8&t=710s )

Le but de cette année aura été de représenter au maximum le rap, sur YouTube de nombreuses « séries » sont publiées comme Les marches de l’Empereur de Alkapote ou bien les freestyle chaque semaine sorties par Moha La Squale. YouTube est une arme importante de diffusion pour les rappeurs, les clips les plus visionnés cette année ont tous été des clips de Rap, par exemple avec Réseaux ou Mwaka Moon, Dommage de Big Flo et Oli. Les rappeurs innovent et se servent d’internet pour faire connaitre leur musique, leur art mais aussi leur vie. Les deux rappeurs belge Caballero et Jean Jass ont quant à eux crée une série sur Youtube intitulé High & Fines Herbes sur la gastronomie (bien sûr).

Les clips des rappeurs sont parfois de véritable court métrage comme les trois clips sortis courant de l’année 2017 de PNL qui ont chamboulé internet. Pourquoi vous avez tant entendu de rap cette année ? Parce qu’en plus de la télévision et de la radio le rap s’est implanté partout.

D’ailleurs si vous êtes un habitué des concerts, des festivals vous avez forcement vu des rappeurs dans les têtes d’affiches, de nombreux rappeurs ont participé à des dizaines de festivals, généralement pas invités ni même demandés certains ont montré toute la force et la puissance d’un show en retournant des milliers de personnes. Pour 2018 ça sera encore pire, alors préparez vous à transpirer et à sauter dans les pogos. Si vous doutez qu’un rappeur puisse enflammer la scène des vieilles charrues, celle du Main Square ou bien celle de Dour je vous invite à aller voir sur YouTube certains clips tournés pendant les festivals, du plaisir pour les yeux.

le clip de Vrai ou Faux pour vous montrer la folie qu’été le festival de Dour : https://www.youtube.com/watch?v=BiivCGrnNiU )

Enfin, cette année fut folle, certains artistes se sont révélés aux grands publics, d’autre ont confirmé. Le rap à évolué et à fait un grand pas en avant, c’est grâce aux amateurs de rap plus nombreux de jours en jours mais aussi à tout ceux qui écoutent occasionnellement, qui aiment une chanson ou un artiste en particulier. C’est grâce à vous tous. Les points que je viens d’évoquer, d’autre que j’ai surement oublié qui ont fait de 2017 l’année du Rap français. Elle n’est pas et elle ne sera pas la meilleure année du rap français, elle est selon moi l’année d’une démocratisation de la musique rap et du milieu qui l’entoure.

2018 nous réserve je l’espère de très nombreuses surprises et une expansion toujours plus forte, de belles promesses ont été faites cette année, à l’année prochaine de les confirmer.

Degreve Benjamin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s