SportKronik n°2 : Coup d’œil sur la saison NBA 2017-2018 à mi-chemin

NBA SAISON 2017 – 2018 : Coup d’œil à mi-chemin

Ça y est nous sommes arrivés à la moitié de la saison NBA. La plupart des équipes ont largement dépassé le total des quarante matchs et nous avons enfin les titulaires pour le All Star Game du 18 février prochain à Los Angeles.

Très peu de surprises dans le choix des capitaines puisque ceux sont les deux joueurs les plus populaires à l’Est comme à L’Ouest qui ont été choisis.

Il s’agira donc de Lebron James et de Stephen Curry dans cette toute nouvelle édition qui s’annonce tout à fait excitante.

La saison actuelle est une nouvelle fois époustouflante.

A l’Ouest, la course pour la première place de conférence se joue à quelques matchs, ce qui aura le mérite de nous tenir en haleine jusqu’au mois d’avril. Tandis qu’à l’Est c‘est plutôt vers le bas qu’il faut regarder puisque la chasse à la huitième place se tient entre une poignée d’équipes.

Alors oui certes cette saison est marquée par de très nombreuses blessures : Saison qui commence avec la fracture de HAYWARD et continue aujourd’hui avec la rupture du tendon d’Achille de COUSINS qui s’est produite à la toute fin du match contre les Rockets…

Autant de complication qui ont fait basculer le destin de certaines équipes, qui ont mis les plus grandes écuries en difficulté et qui ont vu pour certaines leur ambition à la baisse.

La saison 2017-2018 est aussi marquée par de très nombreux clashs, clashs entre joueurs d’une même équipe comme à Chicago au début de la saison. Le basket est un sport de contact qui se règle sur les réseaux sociaux cette année… Enfin, c’est aussi le mal-être entre basketteurs, coachs et arbitres. Ce problème de respect de l’arbitre est récurrent cette saison et on assiste régulièrement à des pétages de plombs de la part des coachs. Première fois que nous voyons James être expulsé ce n’est pas rien. Saison compliquée pour les joueurs à ce niveau-là.

Cependant il ne faut pas retenir que ça, cette saison est remplie de surprises. De très nombreux joueurs confirment et montrent toute l’étendue de leur talent à chaque match. Cette saison nous offre autant de spectacle que la précédente avec des joueurs sur-motivés, des dunks monstrueux, des shoots venus de l’espace et des performances incroyables. A ça s’ajoutent des équipes qui ne lâchent rien, des vétérans qui tentent des records de longévité ainsi que des Rookies qui s’enflamment.

En revanche certaines équipe déçoivent et des top Player ne font pas la saison qu’ils auraient souhaitée.

Dans cet article je vais revenir avec vous sur cette moitié de saison, sur les grosses surprises mais également sur mes déceptions.

Je vais commencer avec une équipe de l’est qui, sur le papier nous vendait du rêve. Bien sûr, je parle des Cleveland Cavaliers. Quand j’ai vu cette équipe remplie de joueurs confirmés ajoutés de quatre all stars je ne m’attendais pas à les voir aussi mauvais. Pour une équipe qui vise le titre comme tous les ans depuis le retour de LeBron James dans l’équipe il y a un mal profond qui ne finit pas d’enfoncer l’équipe. Je suis surement excessif avec eux mais lorsque l’on voit qu’aucun des joueurs ne semble déterminé à défendre on se demande bien comment cette équipe peut espérer soulever une nouvelle fois le trophée en Juin. Alors oui, Thomas blessé, Rose blessé, Shumpert blessé ça fait beaucoup, Wade qui semble faire la saison de trop et Kevin Love qui a surement oublié quel joueur formidable il était. Cela fait beaucoup à régler et semble quasi insurmontable aujourd’hui au vu des récentes prestations.

Dans cette équipe tout dépend trop de James, si jamais il venait à partir cet été je me demande bien ce qu’il adviendrait des Cleveland Cavaliers. En tout cas si Coach Lue reste, si les problèmes (qui semblent également internes à l’équipe) ne se règlent, je ne vois pas les Cavs en final de playoff.

Maintenant que j’ai (un peu) descendu les CAVS je vais m’attarder sur une équipe à l’est qui me plait énormément, les Pacers. Les Pacers construisent une équipe sur des joueurs ultra déterminés, pas de all-stars au début, des joueurs avec de l’expérience. La logique aurait été de s’appuyer sur leur franchise player Miles Turner mais c’est Victor Oladipo (24.2 point par match, 5.2 rebond et 4.1 passes) qui prend l’équipe sur son dos et qui montre tout l’étendue de son potentiel. Alors bien sur il n’est pas le seul, sa saison est monstrueuse et il fait taire les critiques à son égard. Sabonis montre lui aussi qu’il en a sous le capot et a une bonne patte gauche (12.5 ppg, 8.4 rpg, 2.1 asp), Lance Stephenson en sortie de banc montre qu’il est aussi capable du très bon. Cette année ils semblent construire quelque chose de stable et leur jeux offensif est plaisant à regarder. Si cette équipe va en playoff ils n’auront pas volé leur place et ça sera amplement mérité mais la route est encore longue puisque leur bilan est pour l’instant un peu juste. J’y crois !

Passons maintenant de l’autre côté du pays, l’ouest cette année semble être un championnat à part, ils ont leur championnat à eux. Il va être plus difficile de remporter le titre à l’ouest que le titre de champion NBA. Au départ une rivalité Rockets – Warriors semblait se dessiner mais non, impossible, impossible de se hisser au-dessus des Warriors. Et pourtant les Rockets ont démarré cette saison de la plus belle des manières en imposant un rythme très haut face à tous leurs concurrents, mais la blessure de Harden (et oui une nouvelle fois… décidemment) leur à fait perdre du terrain. Voilà maintenant deux équipes qui semblent s’imposer à l’ouest et que l’on verra surement en finale en mai prochain ! J’ai déjà hâte. Vous allez me dire les Spurs ne sont pas à enterrer trop vite, vu les demies de l’an dernier. Cette saison semble être celle des Rockets et l’équipe de San Antonio bien que, une nouvelle fois performante, semble avoir un cran de retard face à ses deux concurrents. Peut-être que coach Pop à encore des flèches à son arc, on verra ça très vite. Suspens !

Bon, revenons aux choses qui fâchent, l’équipe qui vendait du rêve avec son recrutement de deux all-stars est l’équipe qui me déçoit le plus. Je suis un fan de OKC, j’adore cette équipe et je me disais, « enfin c’est cette année, le Thunder sera en final comme en 2012 c’est sur ». D’un, rien n’était sûr au contraire même puisque trois all-stars c’est bien mais il faut une alchimie. Il est difficile d’ajouter deux top Player comme Paul George et Carmelo Anthony au monstre qu’est Russel Westbrook. Il sort d’une saison en triple double ou il a obtenu le record all time de triple double en saison, légendaire. Cette année qui est certes moins bonne au niveau du scoring reste exceptionnelle. Il peut une nouvelle fois faire une saison en triple double et cela semble presque normal au vus de ses performances de l’an dernier, incroyable. (Russel est à 25. ppg, 9.5 rbp et 10.1 ppg, rien que ça). Le souci de cette équipe c’est son irrégularité, Melo et Paul George apportent beaucoup à l’équipe c’est indéniable mais de manière trop irrégulière pour espérer mieux qu’une cinquième place à l’ouest, vraiment dommage. Depuis quelques temps maintenant elle semble s’être réveillé j’espère que ça continuera ! En tout cas la défense d’OKC est l’une des meilleures de la NBA cette saison et ça c’est très appréciable.

Maintenant que l’état des lieux est fait et que j’ai pu vous dire les équipes qui me plaisaient le plus dans les deux conférences et celles qui me décevaient, je profite de publier cet article pour parler des récompenses de fin de saison. Nous sommes à mi-saison et pourtant un podium semble s’être déjà constitué. Qui est-ce que je vois MVP de la saison, meilleure progression, meilleure défenseur, rookie de l’année, sixième homme et coach de l’année.

james-harden-1024x575

MVP à mi-saison : James Harden, très déçu de perdre la course avec Russel Westbrook l’an dernier, Harden semble gonflé à bloc depuis le début de la saison. Il est avec Chris Paul le moteur de Houston on lui reproche souvent sa défense mais avec Paul plus question qu’on s’en plaigne. Aujourd’hui il confirme qu’il est le prétendant numéro un au titre de meilleur joueur de la saison. (Statistiques : 30.9 ppg, 4.9 rpg, 9.0 apg) Il vient d’ailleurs d’inscrire la performance de l’année face à Orlando avec un total faramineux de 60 points 10 rebonds et 11 passes.

Meilleure progression à mi-saison : Victor Oladipo ce jeune joueur a reçu un défi c’est de montrer ce qu’il vaut et comme je l’ai dit, il est fort probable qu’il emmène son équipe jusqu’au play-offs. Récemment nommés remplaçant pour le All Star Game il sera dans l’équipe de James. Statistiques : (24.2 ppg , 5.2 rpg , 4.1 ppg)

Meilleure défenseur à mi-saison : J’hésite beaucoup entre Kevin Durant ou Paul George, deux top Player qui ont, cette année un certain gout pour la défense puisque Durant monte au contre beaucoup plus qu’à son habitude n’ayant pas peur de se faire postériser. Pour Paul George il est le meilleur intercepteur de la ligue avec près de deux ballons interceptes par match. Je n’ai pas réussi à choisir mais il est sûr que ce sera l’un des deux tant leur impact défensif est bon.

Boston Celtics v Philadelphia 76ers

Rookie de la mi-saison : Alors là, les choses se compliquent. Trois basketteurs se démarquent très clairement des autres, évidemment Ben Simmons (16.6 ppg, 7.9 rpg, 7.3 asp) mais aussi Jason Tatum (13.5 ppg, 5.5 rpg, 1.4 apg) et Donovan Mitchell (19.2 ppg, 3.4 rpg, 3.4 apg). Ces trois rookies font une saison excellente et sont chacun impliqués dans les bons résultats de leur équipe. Au niveau du style, de la classe et de l’implication défensive je choisirai Jason Tatum, je le préfère aux deux autres mais rien n’est fait. Au niveau des stats et de la maturité c’est Simmons qui domine largement les deux autres.

Meilleure sixième homme : Bien évidemment Lou Williams même si depuis quelque temps il est titulaire aux Clippers, ce joueur le mérite, ses performances offensives sont remarquables et à déjà claqué plusieurs matchs à plus de quarante points. Lou Williams était sur le podium l’an dernier, cette année je le vois bien prendre le trophée sans laisser aucune chance à ses adversaires. (Statistiques : 23.5 ppg, 2.5 rpg, 5.2 apg)

trail_blazers_heat_basketba.jpg

Coach de la mi-saison : Erik Spoelstra, ce qu’il est en train de faire avec les Heat de Miami est grandiose, ce coach sait ce qu’il fait et il est en train de titiller la troisième place des Cavs, énorme performance à la vue de l’effectif initial.

Voilà j’ai fini d’adresser mes récompenses de mi-saison, c’est avec plaisir que je partage avec vous mon avis sur cette exceptionnelle saison de NBA. Une fois de plus le sport américain nous prouve qu’il n’a rien à envier au sport européen et que le spectacle proposé chaque jour persiste à nous laisser éveillés jusqu’au bout de la nuit. D’ici la fin de la saison tout peut changer et tout peut évoluer, certaines équipes peuvent s’écrouler et d’autre prendre la tangente inverse. C’est également ce qui fait que la NBA est une compétition incroyable, vivement le All Star Game et surtout vivement les Playoffs !

Benjamin Degreve

—– < Je ne pouvais pas finir cet article sans vous adresser le tableau final de conférences :

EST : – 1 Boston* -2 Cleveland* -3 Toronto* –4 Washington* –5 Miami* -6 Indiana* -7 Milwaukee* -8 Detroit-9 Philadelphia -10 New York – 11 Chicago -12 Charlotte -13 Orlando -14 Atlanta – 15 Brooklyn

OUEST : -1 Golden State* -2 Houston* -3 San Antonio* -4 Minnesota* -5 Oklahoma City* -6 Portland* -7 Denver* -8 New Orleans* 9-Utah Jazz -10 Clippers 11-Lakers -12 Memphis – 13 Mavericks -14 Phoenix -15 Sacramento

  • *= équipe qualifies pour les play-offs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s