The Hop – 220, mon coup de cœur de l’été

Le 19 juin 2020, après dix ans à travailler en collaboration avec des dizaines d’artistes, The Hop s’est enfin décidé à sortir son premier album intitulé 220.

Issu de l’Entourage, le groupe qui comptait 12 artistes s’est rétréci au tour de trois musiciens, Tony, The Pollywog et Dani Lascar. J’ai décidé, plus d’un mois après sa sortie de vous parler de ce projet, car c’est mon gros coup de cœur de l’été.

D’où vient The Hop ?

Trois musiciens : deux batteurs, un trompettiste attirés par le jazz, la saoul et en étroite connexion avec la scène parisienne c’est la recette qui fait le succès de 220. The Hop a passé plusieurs années dans l’ombre à travailler comme Live Band, c’est-à-dire comme groupe accompagnant des artistes sur scène. Ils ont participé à des concerts de Espieem, Nekfeu notamment et ont collaboré avec de très nombreux artistes issus d’univers différents.

L’album est un mélange entre jazz/saoul et rap moderne. La collaboration entre ces univers procure à l’album une touche de nouveauté. Cette mise en avant des styles différents où rappeurs, chanteurs/se collaborent représentent parfaitement le groupe The Hop qui a passé la majeure partie de sa carrière à varier les styles.

Depuis un premier EP sorti en 2011, le groupe s’est fait plus discret, sortir un projet après autant de temps et d’attentes du public c’est loin d’être évident. Pourtant grâce à de très belles collaborations et un teasing de quasiment trois mois initiés par des clips poétiques et minimalistes à la manière de Myth Syzer, le trio à su se montrer convaincant.

Réunion au sommet

 Et pour convaincre quoi de mieux que de ramener la crème de la crème des artistes du moment. Le projet est porté par Jazzy Bazz qui signe trois morceaux ;  un avec le rappeur belge Krisy, étoile montante du rap francophone, un avec Jok’air et un avec l’incontournable Oxmo Puccino avec qui le trio a collaboré en tant que Live Band. La présence de Jazzy Bazz n’est pas anodine, c’est un proche du groupe, ce qu’il a réalisé avec Nuit, son dernier album, suit la mouvance du mélange des styles que prône le groupe parisien.

Série de photos réalisés pour la sortie de l’album avec tout les invités collés au mur. © Bettina Pittaluga

C’est avec des artistes qu’ils connaissent très bien et avec lesquelles ils ont l’habitude de collaborer que le groupe a choisi d’enregistrer cet album. On retrouve Esso Luxueux, Edge, Lonely Band, Gracy Hopkins qui continue de faire son bout de chemin vers le succès, mais également Conference of the Birds accompagné par deux des plus belles voix de la chanson française, Bonnie Banane, qui pour ceux qui suivent mes articles savent que je suis un grand fan de cette chanteuse, ainsi que la talentueuse Sabrina Bellouel qui chante aussi bien en français qu’en anglais.

Alors autant d’artistes sur un même album tout ça peut paraître flou voir même incohérent. Pourtant c’est tout l’inverse, on retrouve une communion dans les styles qui donne un son propre et enivrant. Pourquoi ça marche si bien ? Les morceaux réunissent deux à trois personnes grand maximum et forment de très belles surprises. C’est le cas du morceau Dunes avec Jazzy Bazz, Sabrina Bellouel et Oxmo Puccino, ou bien encore du duo entre Bonnie Banane et Esso Luxueux sur le morceau Hein ? Cette complémentarité trouvée entre les artistes montre que le projet a été pensé pour donner une sonorité unique au projet.

Entre punchlines bien senti et voix entrainantes, The Hop se laisse trois morceaux pour dévoiler tout l’étendue de leur talent, Phone Call, Nice Boat et Oh we can fly sont trois morceaux où l’instrumental uniquement accompagne un projet plein d’espoir.

« Notre musique s’écoute au crépuscule en fumant un petit join ». Tony un des membres du groupe pendant une interview pour Konbini. C’est à peu près ce qu’on ressent lorsque l’on écoute l’album, cette diversité et ces tonalités donnent une belle pointe de légèreté sur un sujet pas évident à traiter car pendant douze titres ont verra une relation amoureuse éclore et fané.

Plaisir coupable de l’été

Une histoire d’amour qui se déchire, la voix de Bonnie Banane, des couplets de génie de Jazzy Bazz voilà tout ce qu’il me faut pour un été réussi. 220 est mon coup de cœur de l’été, pas uniquement parce que je suis un adepte de ce genre d’ambiance mélancolique et légère. C’est un album qui m’a marqué par sa volonté de mettre la diversité des genres en avant. En effet la variété des instrus, la mélodie parfois très poussé et appuyé par des voix qui portent les morceaux c’est le genre de projet innovant et réfléchi dont la musique avait besoin aujourd’hui.

Au-delà d’une certaine sensualité qui se dégage de plusieurs titres comme La Prochaine fois, Hein ? Love This life ou Toujours la même histoire, ce projet nous dévoile une histoire d’amour que chacun de nous pourrait vivre. Coupé en deux, avec une partie plus sensuelle et une autre plus douce et nostalgique, c’est un projet poétique qui met totalement à nu les relations amoureuses.

Chaque morceau peut correspondre à un sentiment, Dunes évoque les débuts d’une relation, les prémices, les premiers regards, Le temps des amours (référence à Marcel Pagnol, ça on adore) évoque l’amour à travers les saisons, Toujours la même histoire évoque les méandres d’un amour à sens unique, Berline Noire, le blues d’une relation, Hein ? l’incompréhension dans un couple, La prochaine fois, les coups d’un soir et le désir, Phone Call, le manque d’une personne, Love This Life, l’attachement, Pollen, l’addiction et l’agacement, Just Friends c’est une relation qui mène à la friendzone, tout ça pour finir avec la dernière instrumental de l’album sur Oh we can fly qui clôture à merveille un projet très bien réalisé par le trio et tout les artistes invités sur l’album.

Si The Hop a mis de longues années à dévoiler un projet fini, abouti et cohérant c’est parce qu’ils avaient la volonté de produire un travail qui leur ressemble. 220 est mon coup de cœur de l’été, je vous le conseille vivement sur la plage avec un verre de rosé au coucher de soleil, vous serez dans les meilleurs dispositions pour apprécier.

© Dijor Smith

Benjamin Degreve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s